La vengeance du wombat et autres histoires du bush de Kenneth Cook

Publié le par Belladouce

la-vangeance.gif

 

Biographie de l'auteur :

Kenneth Cook (1929-1987) est un écrivain australien. À l’âge de trente-deux ans, il a publié Cinq matins de trop (Wake in Fright), qui est considéré comme un classique du roman noir dans son pays et a été adapté au cinéma en 1971, sous le titre Outback. Ses nouvelles écrites dans une veine plus humoristique, ont connu un large succès.

Présentation de l'éditeur :

Wombats sur ma gauche, wombats sur ma droite : tous piétinaient et grognaient. Planté parmi eux au clair de lune, immense, le corps flasque et hardi, le filet dans une main, la seringue dans l'autre, j'attendais le wombat qui m'intéressait. [...] Avec l'aisance du geste entraîné, je lui lançai le filet sur le corps. Il le déchiqueta en moins de deux secondes. [...] Comment étais-je censé m'y prendre à partir de là ? K. C.

Une rencontre dans un bar, quelques bières fraîches, et voilà Kenneth Cook, écrivain d'âge mûr « en léger surpoids », embarqué dans d'incroyables aventures où la faune humaine et animale du bush joue le premier rôle. Kangourou suicidaire, koalas explosifs, wombats vindicatifs, aborigènes roublards finissent toujours par contrarier son penchant naturel pour le confort. Heureusement, car Cook en tire une brassée d'histoires plus vraies que nature, racontées avec un art consommé du gag. Une lecture jubilatoire.

Lu en VF 207 pages édité chez Livre de Poche

Mon avis :

Tout d'abord, je tiens à remercier Livre de poche pour cet envoi, ce fût une découverte à la fois étonnante et drôle. Ce livre est un recueil de nouvelles, 14 histoires pour être exact et toutes plus farfelues les unes que les autres.

Je ne suis pas une grande fan des nouvelles, j'avais donc un peu peur en débutant cette lecture de ne pas prendre de plaisir ou encore de ne pas aimer. Mais au contraire, ici l'auteur se met en scène dans les différentes histoire, ce qui permet de garder un fil conducteur. Rien ne lui est épargné et à chaque nouvelle, on se demande ce qui va encore bien pouvoir lui arriver.

Ici humains et animaux semblent s'être ligués contre notre pauvre auteur qui aspire juste à un peu de confort et a faire son petit tour d'Australie tranquille. Toutefois dès la première histoire on se rend vite compte qu'il n'en sera rien. Au fil de ma lecture, je me suis demandée si Kenneth Cook se droguait et, si oui, qu'est ce qu'il pouvait bien prendre pour imaginer de telles choses. Imaginez un Kangourou suicidaire !!!! Ou encore des personnages complètement barrés et vous obtiendrez un petit aperçu de tout ceci.

Vous avez le moral en berne ? Vous pensez que tout va mal ? Ce recueil est fait pour vous. Certaines nouvelles sont certes moins bonnes que les autres, mais dans l'ensemble c'est une grande partie de rigolade qui vous attend. Pour moi, " Le quokka tueur " est la meilleure, je rigolais tellement que j'en ai réveillé une partie de la maison. Les descriptions étaient tellement réelles que je m'imaginais avec notre héros sur le vélo.

En résumé, ce fût une lecture rafraichissante, drôle et qui fait du bien. Son petit format 207 pages permet une lecture rapide, parfait entre deux pavés. Je recommande donc ce recueil à tous ceux qui ont besoin d'un petit changement d'idées ou à ceux qui ont tout simplement envie de passer un bon moment. De nouveau un grand merci à Livre de poche pour cette découverte, sans eux je serai sans nul doute passée à coté de ce petit bijoux.

Lisez le premier chapitre ICI.

Publié dans Un livre - un avis

Commenter cet article